MINDFULNESS - PLEINE CONSCIENCE

La Pleine Conscience... vers une conscience de l'Être.

Comment s'ouvrir au pouvoir transformateur et guérisseur du moment présent ?

Savoir vivre nos √©motions, c'est notre capacit√© √† appr√©cier chaque moment de la vie quotidienne que nous traversons, tout en ayant la capacit√© √† accepter les instants positifs et n√©gatifs qui s'y pr√©sentent ; et cela en restant ma√ģtres de nos r√©actions √©motionnelles. C'est ainsi que nous pouvons permettre √† l'√©motion d'√™tre l√†, sans √™tre contr√īl√© par elle. Nous ne sommes pas l'√©motion, mais plut√īt le t√©moin et la pr√©sence qui l'observe. C'est ainsi que tout ce qui est inconscient en tout un chacun pourra √™tre amen√© √† la lumi√®re de la conscience.

L'Être repr√©sente notre v√©ritable nature, notre essence...et ce n'est qu'en √©tant pr√©sent, qu'en √©tant dans l'ici et maintenant que nous pouvons sentir l'Être.

C'est souvent notre identification au mental, qui amène la pensée à devenir compulsive. Le mental est un magnifique outil surtout quand l'on s'en sert de façon appropriée...mais le fait est, que le plus souvent, nous ne nous en servons pas du tout, étant donné que c'est lui qui prend possession de nous.

En nous identifiant à nos pensées, c'est-à-dire en tirant notre sens du moi à partir du contenu de l'activité du mental, il y a risque de croire que si nous arrêtons de penser, nous cesserons d'être.

S'éveiller signifie s'élever au-delà de la pensée.

La Pleine Conscience est ainsi bien différente de la résignation passive. Il s'agit d'une attitude attentive et bienveillante d'accueil à ce qui se passe au fur et à mesure du déroulement de chaque moment de la vie.

Le pouvoir transformateur du cerveau.


(D‚Äôapr√®s Le cerveau de Bouddha ¬Ľ de Rick Hanson, neuropsychologue et professeur de m√©ditation. Ed. Les ar√®nes) .

¬ę Lorsqu'on s'engage sur la voie de l'√©veil, on part de l√† o√Ļ l'on est . Puis, avec le temps, les efforts et les moyens ad√©quats, la vertu, la pleine conscience et la sagesse se consolident peu √† peu, et on se sent plus heureux et plus aimant. Certaines traditions d√©crivent ce processus comme la r√©v√©lation de notre vraie nature, tandis que d'autres y voient une transformation de l'esprit et du corps. Bien entendu, ces deux aspects de la voie de l'√©veil sont compl√©mentaires ¬Ľ.

¬ę Dans les deux cas, ces changements mentaux - r√©v√©ler la puret√© inh√©rente et cultiver les qualit√©s saines - refl√®tent des changements c√©r√©braux. En comprenant mieux comment notre cerveau fonctionne et comment il peut √™tre l'objet d'un rapt √©motionnel ou s'√©tablir dans une vertu calme, comment il peut cr√©er des distractions ou encourager la pleine attention, faire des choix nuisibles et d'autres plus sages, vous pouvez d√©velopper le contr√īle sur votre esprit. Votre qu√™te de bien-√™tre, de bont√© et de perspicacit√© n'en sera que plus ais√©e et plus fructueuse, et vous pourrez aller aussi loin que possible sur la voie de l'√©veil ¬Ľ.

¬ę Les gens qui pratiquent de mani√®re approfondie les traditions contemplatives sont les athl√®tes olympiques de l'esprit. C'est en nous inspirant de leurs m√©thodes d'entra√ģnement mental (dont c√©r√©bral) que nous apprendrons √† d√©velopper efficacement bonheur, amour et sagesse ¬Ľ.

La méditation : voie du changement radical

Nous suivrons ici V.R. Dhiravamsa (La voie du non-attachement ‚Äď pratique de la m√©ditation profonde ‚Äď Ed Dangles).

La méditation a-t-elle un pouvoir de changement ? Peut-elle changer la structure du moi, de la pensée, du conditionnement ? Voici la question centrale. Car, si elle n'amenait aucun changement en nous-mêmes, si nous continuions de vivre dans la conformité et la routine, en quoi serait-elle utile ?

Pour qu'il y ait changement radical, il faut déraciner le faux, y renoncer par un moyen direct. Cela exige une action intérieure. Sans elle, pas de pouvoir de transformation.

Le processus de transformation nécessite de faire face et de réduire notre tendance à ne voir les choses qu'à moitié. Car en effet, n'aimant pas les choses déplaisantes, nous cherchons à les éluder, à vivre dans le sommeil psychologique. Nous voulons les éliminer en leur tournant le dos, en portant notre attention sur autre chose.
Mais gare, les choses inhibées ont un pouvoir explosif.

C'est la traversée d'endroits périlleux qui nous fait trouver le droit chemin et la dimension de la vérité.

La conscience éclairée est le fondement d'une vie saine. Sans elle et la sagesse intuitive, nous sommes les victimes de situation en tous genres : celles de la vie professionnelle, du monde extérieur et intérieur. Dans le mouvement d'attention, on avance au rythme des événements. Cela est le seul moyen de nous emparer de la vie.

Le changement radical na√ģt avec notre capacit√© de changer notre attitude √† l'√©gard de la vie et des faits ‚Äď la souffrance par exemple - . Nous savons que la souffrance est inh√©rente √† la vie. En la regardant, en l'acceptant telle qu'elle est sans s'identifier √† elle, elle perd son pouvoir de domination.
Si, au contraire, nous la rejetons, voyant en elle une punition imméritée, elle s'intensifie. L'acceptation engendre la patience, et l'observation patiente la rend supportable. On peut surmonter n'importe quel désespoir ou état dépressif quand on accepte la souffrance et qu'on comprend sa fonction dans la vie.